Sénégal : suite à la crise économique causée par le Coronavirus des notes d’espoir affirmées par la Bceao

Le 7 octobre dernier, le Conseil national du crédit sénégalais a pu boucler par visioconférence sa 33e réunion avec plusieurs notes d’espoir. D’après le communiqué parvenu à la rédaction, différents points qui sont inscrits à l’ordre du jour durant la rencontre ont été abordés par les hauts responsables de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest. Vous aurez plus d’information concernant le communiqué de la BCEAO dans notre article.

Évaluation de la situation financière du pays

Durant la réunion, le Conseil national du crédit au Sénégal a révélé dans son communiqué, la situation des financements des différentes campagnes de production dans la filière agricole en 2021, tout en partageant le budget pour préparer des campagnes de commercialisation de 2021 et 2022, comme ils ont été présentés par la banque nationale pour le développement économique et de la banque agricole.
Les experts œuvrant au sein du Conseil national du crédit au Sénégal ont affirmé avoir pris connaissance et avoir aussi été informé des différentes conditions de démarrage du Système de récépissé d’entrepôt qui est dédié à préserver la sécurité des financements au profit du domaine agricole, ainsi que des difficultés à lever afin d’assurer l’optimisation de ce dispositif.

L’implication du gouvernement dans l’amélioration du secteur agricole

Le Cnc sénégalais a encouragé les différentes parties prenantes, essentiellement le gouvernement à tirer des enseignements afin d’éviter les contraintes rencontrées au niveau de l’approvisionnement en intrant des producteurs dont l’apport en engrais. Dans ce cadre, le Conseil national du crédit a renouvelé l’exigence de disponibilité et de fiabilité à temps des statistiques de fixation du prix chez les producteurs et de production dans les délais demandés, mais aussi l’apurement immédiat des différentes dettes dans le cadre de subvention accordé par les autorités. Selon les professionnels, ces exigences constituent un moyen d’assurer un niveau de financement adéquat durant les prochaines campagnes de collecte essentiellement dans la culture de l’arachide. Ces experts ont insisté sur l’obligation de susciter les concertations nécessaires afin d’encourager le retour du dispositif d’investissement consortial par le système bancaire, du besoin du domaine de l’agriculture. La Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest au Sénégal qui a fait le point suite à cette réunion par visioconférence, a fait état d’un rebond de l’activité des différentes institutions de microfinance pour la fin du mois de juin dernier.
Ces institutions permettront de financer les différents projets agricoles en fournissant plusieurs milliards de FCFA selon le convertisseur CFA.