Sénégal : se dirige vers la mise en place de la phase 1 du développement de Sangomar

Opérant dans plusieurs pays dont le Sénégal, Woodside est l’un des plus importants fournisseurs d’énergie intégré en amont produisant plus de 6 % de l’approvisionnement mondial en GNL. Cette entreprise, qui assure les opérations au niveau du périmètre de Sangomar au Sénégal, vient de faire une mise à jour de ses opérations.

Objectif produire du pétrole à partir de 2023

Selon le journal de l’Afrique, la société australienne Woodside compte entamer durant cette semaine, sa campagne de forage qui permettra le développement de la première phase du champ pétrolier offshore au niveau de Sangomar.
D’après les experts dans ce secteur, le développement de cette phase 1 devra comprendre l’installation de toute une installation autonome flottante permettant de produire, de stocker et de décharger une production de plus de 100 000 barils par jour. Cette plateforme devra utiliser près de 23 puits sous-marins tout en ayant une infrastructure sous-marine de soutien.

Meg O’Neil, le président-directeur général par intérim de Woodside, a affirmé que sa société est heureuse d’annoncer le lancement des différentes opérations qui permettra à l’entreprise ainsi qu’au Sénégal de se rapprocher de la réalisation d’une industrie pétrolière en Afrique de l’Ouest. Prenant la décision finale d’investir en janvier 2020, la joint-venture veille afin de pouvoir développer la ressource de classe mondiale de Sangomar. Grâce à la campagne de forage qui a permis d’obtenir plus de 23 puits, l’entreprise australienne est restée sur la bonne voie afin d’atteindre l’objectif fixé par le pays qui est d’entrer dans la production de pétrole en 2023.

En outre, l’entreprise australienne Woodside a affirmé que son chiffre d’affaires pour les trois derniers mois a pu atteindre 67 % par rapport à l’année dernière, à la suite de la hausse des prix relatifs aux condensats, au gaz et au pétrole. Par ailleurs, le chiffre d’affaires de la société a pu passer de 768 millions de dollars en 2020, à 1.29 milliards de dollars à 2021.

L’entreprise australienne a aussi assuré avoir produit plus de 22 millions de barils de pétrole au cours du début de 2021, alors que l’année, elle a produit 25.9 millions de barils durant la même période. La baisse de production est due à la production qui a été affectée par les activités de maintenance et le mauvais temps.
Découvrez toutes les actualités concernant la production du pétrole au Sénégal en consultant le journal ici.