Sénégal : pour le développement d’un nouveau marché porteur, une nouvelle école de cosmétologie voit le jour

Selon le journal de l’Afrique, une nouvelle école de cosmétologie portant le nom de la Farifima School a ouvert ses portes début avril dernier. Avec l’appui, l’Etat, cette école devra former les futurs employés et entrepreneurs dans le domaine des cosmétiques.

L’école de cosmétologie au Sénégal

Portant des blouses jaunes, des charlottes et des lunettes, les jeunes se trouvant au fond du couloir, pèsent avec précision l’aloe vera, le beurre de mangue, ainsi que l’huile jojoba. Ils veillent à chauffer à 70 °C le mélange d’huile avant d’ajouter la solution aqueuse.
La mixture s’épaissit dans le bécher avant de prendre sa couleur blanche. Les jeunes apprentis cosmétologues œuvrent afin de fabriquer leur première crème cosmétique sous la direction de leur formatrice, Mariane Ouattara. Cette dernière est la fondatrice de l’école de cosmétologie, Farifima international qui a débuté son activité depuis le mois d’avril dans la capitale sénégalaise.
L’entrepreneuse qui est titulaire d’une docteure en chimie d’une université canadienne, a créé sa propre ligne de produits de beauté et a ouvert son laboratoire au Sénégal. Mariane Ouattara a affirmé qu’elle a remarqué un manque de compétence de la main-d’œuvre dans le pays. Ce manque constitue un problème de santé publique parce que plusieurs personnes possèdent de bonnes idées, toutefois, ils ne maîtrisent pas ce qu’ils pratiquent.
Avec l’école de cosmétologie, la directrice espère assurer la formation des nouveaux employés et entrepreneurs dans le domaine des cosmétiques. En effet, grâce à sa formation, Mariane souhaite ouvrir la porte à plusieurs métiers tels que le contrôle de qualité, le conseil en parapharmacie, le positionnement de marque et la main-d’œuvre de laboratoire.

La directrice de Farifirma School a expliqué, qu’en plus de la théorie, l’école œuvre afin de mettre l’accent sur la pratique afin d’essayer de faire apprendre aux jeunes à être plus autonomes et de les encourager à rester et d’investir dans leur pays. En effet, Mariane assure que les jeunes peuvent faire une carrière professionnelle de qualité par l’intermédiaire d’une formation rigoureuse, puisqu’il existe toutes les matières premières nécessaires au Sénégal.
Il est important de mentionner que chaque élève qui veut rejoindre cette formation doit payer des frais de 45 000 francs CFA l’équivalent de 69 euros selon le convertisseur CFA.