Sénégal : les offres d’emploi manquent à Kédougou

Au niveau de la région de Kédougou se trouvant entre la Guinée et le Mali, l’activité aurifère formelle n’a pas pu freiner l’amplification du taux de chômage des jeunes sénégalaises.
Découvrons les raisons de l’accroissement du taux de chômage des jeunes dans cette ville sénégalaise malgré la présence de plusieurs entreprises minières qui exploitent l’or dans la région.

La jeunesse en chômage

Ayant juste 23 ans, Mouminy Sylla traîne avec ses amis toute la journée autour d’un thé, au sein du quartier populaire de Kédougou, la ville qui se trouve à 700 km de la capitale sénégalaise. Tout comme Mouminy, les jeunes de la ville ne font rien ils ne font qu’attendre impatiemment que les entreprises minières qui exploitent l’or les embauchent. Selon ces jeunes, ils ont pu postuler plusieurs fois à un emploi non qualifié toutefois, les sociétés d’exploitation de l’or demandent des diplômes. C’est pour cette raison que les jeunes du village se retrouvent dans une situation assez difficile.
Sans emploi et n’ayant pas de diplôme, les jeunes ont décidé de participer aux marches de protestation qui ont eu lieu à Kédougou le 9 avril ainsi que le 23 mai grâce à l’initiative de l’association des étudiants et élèves ressortissants de Kédougou.
L’objectif principal de ces marches est de laisser les jeunes profiter eux aussi d’une petite partie de la richesse de la ville en les faisant participer aux entreprises minières étrangères qui sont installées au niveau de la région.
Il est important de mentionner que l’or non monétaire constitue l’un des produits sénégalais les plus exportés durant l’année 2019. Selon le journal de l’Afrique, l’or non monétaire constitue près de 19 % des exportations totales, destinée essentiellement vers la Suisse. L’extraction du précieux métal se fait essentiellement à Kédougou. C’est pour cette raison que l’or est devenu l’un des piliers de l’économie de la région attirant ainsi plusieurs entreprises minières de s’installer dans la ville. En outre, la ville est connue par les milliers d’orpailleurs qui sont venus tenter leur chance dans la région.

Incompréhension et frustrations

Malgré la richesse de la région en or, elle constitue l’une des zones les plus pauvres du pays. En outre, le Kédougou enregistre un taux de chômage de plus de 26 % alors que le taux de chômage national est de 15 %. Selon les experts économiques, les raisons de cette situation sont essentiellement liées au manque de main d’œuvre qualifiée par rapport à la demande au niveau du marché du travail ainsi que l’énorme défi de gouvernance.
Il est essentiel de mentionner que le contraste entre richesse des sols et précarité des populations nourrit l’incompréhension et les frustrations.
Afin de consulter les actualités africaines, vous pouvez visiter ce site web.