Sénégal : les bouillons alimentaires seront taxés à plus de 20 %

Présents dans la majorité des cuisines sénégalaises, les cubes de bouillon alimentaire seront dorénavant taxés à près de 25 %. Cette nouvelle qui a été publiée par les différents médias notamment le journal de l’Afrique, a été mise en place par la loi de finance rectificative au niveau du budget de 2021. En effet, le texte de loi a été voté durant le dernier Conseil des ministres. Selon les experts, cette décision s’inscrit dans la stratégie de riposte budgétaire pour faire face à la propagation de la maladie virale. Néanmoins, reste à savoir si cette mesure va affecter les habitudes culinaires des sénégalais.

Des nouvelles mesures budgétaires

Ce trouvant dans tous les plats sénégalaises, les cubes de bouillons seront taxés à 25 %, suite à l’adoption d’un texte de loi relatif à cette mesure budgétaire, durant le Conseil des ministres.
Restauratrice, Sokhna propose au niveau de son petit restaurant plusieurs plats comme du riz au poulet, mafé, soupe Kandia, Yassa, dieune, thiébou, tous ces plats sont habituellement accompagnés de l’incontournable riz épicé grâce au bouillon cube. La restauratrice assure qu’elle met toujours un peu dans la marmite de riz afin de relever le goût.

Joker, Tem Tem, Jumbo, Maggi,… Il y a plusieurs embarras du choix dans le marché sénégalais dans les rayons des bouillons alimentaires. Abdourahmane propose dans sa boutique trois marques de bouillon, tous les trois, coûtent 25 francs CFA, quelques poussières d’euros.

Cette mesure rapportera gros pour l’état

Toutefois, au Sénégal qui est constitué de plus de 16 millions d’habitants, cette nouvelle mesure fiscale devra rapporter gros. En effet, d’après le ministre des Finances sénégalais, grâce à cette mesure plus de 20 milliards de francs de CFA devront rentrer dans les caisses du pays, ce qui équivaut à près de 35 millions d’euros, selon le convertisseur cfa.
Certes, le texte de loi ne mentionne pas les différents effets nocifs des cubes de bouillon sur la santé, toutefois, il fait référence à leur composition, les matières grasses, les exhausteurs de goût et leur teneur en sel. Plusieurs clients trouvent que cette nouvelle taxe constitue une bonne chose en assurant que plusieurs maladies peuvent être causées par les cubes de bouillons.
Plusieurs personnes assurent vouloir manger des plats d’hier, préparés par des produits frais sans produits chimiques ni bouillon. Le texte assure que tous les cubes de bouillon seront soumis à la nouvelle taxe spécifique qu’ils soient importés ou locaux.