Sénégal : l’affaire de l’étudiant portée disparue en France a provoqué un tollé dans le pays

Diary Sow, l’auteure et étudiante sénégalaise, dont sa disparition en janvier dernier en France d’une façon volontaire a induit un tsunami médiatique dans son pays d’origine, a causé encore une fois un tollé au Sénégal en voulant expliquer avec des termes crus le synopsis de son dernier roman intitulé “Je pars”. Diary Sow a également affirmé aux médias français avoir écrit ce roman afin de régler des comptes avec certaines personnes qui lui ont reproché sa disparition.

Le nouveau roman de Sow

Diary Sow, l’auteure et étudiant sénégalaise dont la disparition a pu tenir tout le pays en haleine durant le mois janvier 2021, a cette fois induit un tollé au Sénégal à cause des termes utilisés afin d’expliquer le sens de son nouveau roman qui vient tout juste d’être publié abordant les raisons de son départ volontaire.

Inscrite dans l’un des prestigieux établissements français, l’étudiante de 20 ans vient de publier son dernier roman, intitulé “Je pars”, une œuvre inspirée de son histoire de disparition durant le mois de janvier 2021. Lors d’un entretien accordé à l’un des journaux africains et publié au niveau de son site web officiel, l’auteure a affirmé qu’elle a écrit ce roman afin de pouvoir régler ses comptes avec certaines personnes qui lui ont reproché sa disparition volontaire et dont quelques-uns l’ont durement attaqué. Elle a affirmé qu’après tout, elle a le droit de vivre sa vie sans rendre des comptes à personne.

La réaction des sénégalais vis-à-vis des termes utilisés par Sow

Diary Sow a assuré que ce roman constitue une façon de dire ouvertement “je vous emmerde”. Ces mots ont pu déclencher un torrent de réactions défavorables induisant un hashtag portant son nom qui est devenu viral dans les réseaux sociaux au Sénégal. La vidéo de l’étudiante a été partagée d’une façon abondante sur les réseaux sociaux en wolof et en français et les termes utilisés par Diary ont fait la une de presque tous les journaux nationaux.
Les mots que l’auteure a utilisé passent très mal au Sénégal. En effet, de tels mots sont considérés comme très offensants pouvant induire des actes de violence. Il est encore plus difficile d’accepter de telles réactions de la part d’une jeune femme sénégalaise. Toutefois, c’est également la teneur du message qui a pu choquer, induisant à Diary Sow des reproches d’insolence et d’ingratitude.
Avec ce nouveau roman, l’auteure compte vendre plusieurs copies récoltant ainsi, plus d’un millier d’euros soit des millions de CFA selon le convertisseur CFA.