Sénégal : la chute des prix de l’oignon dans le pays

Selon le journal de l’Afrique, le Sénégal a enregistré une production d’oignons record induisant ainsi la chute des prix du produit et entraînant des pertes de récoltes.

Le pays croule sous la production d’oignon

Selon les derniers chiffres révélés par le ministère de l’Agriculture sénégalais, le pays produit plus de 450 000 tonnes d’oignons par an. Ainsi, l’oignon occupe la première place des produits consommés par les citoyens sénégalais et de la production maraîchère dans le pays. Malgré ces chiffres, le Sénégal importe encore l’oignon de la France. En effet, les consommateurs préfèrent l’oignon importé pour sa qualité par rapport à l’oignon local. C’est pour cette raison que plus d’un tiers de la production locale par an est très souvent perdue.
Suite à cette situation, le prix du filet contenant 25 kilos d’oignons à passé de 8 000 FCFA à 4 500 FCFA soit l’équivalent de 7 euros selon le convertisseur CFA. Les prix sont même beaucoup moins chers si une partie du lot est défraîchie.
Afin d’expliquer cette chute de prix et la faible qualité de l’oignon local, les experts ont abordé la qualité discutable des semences, ainsi que la tendance à récolter les oignons trop tôt et par conséquent, trop humides afin de pouvoir les vendre avant les concurrents. Il est important de mentionner le manque de chaîne de froid et les carences en capacité de stockage.

Le président du collège national des producteurs d’oignons au Sénégal, Boubacar Sall a affirmé que malheureusement la célébration de la Tabaski et le mois de Ramadan n’ont pas permis d’écouler tous les stocks d’oignons invendus. Il est vrai que les importations d’oignons ont été suspendues durant le mois de janvier dernier toutefois le gouvernement a pu importer des producteurs chinois et marocains qui ont des moyens importants de conservation et de production.

Régulation de l’agriculture dans le pays

Les agriculteurs sénégalais, réclament la mise en place d’une régulation des produits agricoles dans le pays afin de pouvoir rééquilibrer le statut des petits producteurs qui sont très souvent en proie à une concurrence déloyale de la part des grands producteurs dont les rendements sont trois fois supérieurs.
Néanmoins, les consommateurs se félicitent de la nouvelle situation puisqu’au lieu d’acheter un kilo d’oignon à 400 FCFA, ils l’achètent à 100 FCFA, ce qui leur permet de faire des économies.