Les hôpitaux sénégalais sont submergés par la 3e vague du Covid-19

Âgé de 30 ans, Docteur Babacar Diop a été interrompu plusieurs fois par la sonnerie de son portable, durant son entretien avec l’un des représentants du journal de l’Afrique. Des appels venant essentiellement des proches des malades qui ont été hospitalisés au sein de son service des urgences au niveau de l’hôpital de Fann de la capitale sénégalaise qui selon les dernières actualités est complètement saturé. En effet, selon les hauts responsables du gouvernement sénégalais, les hôpitaux se trouvant à Dakar sont complètement saturés suite à la hausse des nouveaux cas de contaminations au Coronavirus.
La situation est catastrophique
Selon docteur Diop, la situation est quand même très catastrophique dans les hôpitaux sénégalais surtout au niveau de la capitale Dakar.
Au sein de l’hôpital de référence proche de l’université, Fann, qui se trouve dans la capitale sénégalaise, les ambulances n’arrêtent pas d’amener des patients ayant le souffle court, venant majoritairement d’autres hôpitaux du pays.
Néanmoins, d’après le médecin traitant dans l’hôpital durant cette période, très souvent, il se trouve dans l’obligation de renvoyer des patients par manque d’oxygène dans l’établissement. Le docteur explique qu’il renvoie certains patients pas parce qu’il ne veut pas les prendre en charge, mais plutôt parce qu’il n’y a plus d’endroit dans l’hôpital où les mettre. Suite à cette situation chaotique, plusieurs patients meurent au niveau de la grande porte de l’hôpital. Le médecin en larme assure que la situation est catastrophique depuis l’accroissement des nouveaux cas du variant delta.

La troisième vague du Coronavirus


Le Sénégal, qui a été relativement épargné durant longtemps par la pandémie, a pu recenser plus de 60 000 contaminations pour 1 300 décès depuis le début de la propagation de la maladie virale, c’est-à-dire dès mars 2020.
Néanmoins, à l’instar des autres pays africains, le Sénégal est en train de subir une troisième vague sans précédent due essentiellement au variant Delta. Suite à cette nouvelle vague, mercredi dernier, 11 décès ont été enregistrés ainsi que plus de 56 cas graves ont été pris en charge au niveau des hôpitaux de Dakar. Ousmane Dia, le directeur national des établissements publics de Santé, a affirmé que le personnel de santé est en burn out.