L’armée congolaise a annoncé avoir récupéré les villes de l’est

Mardi dernier, l’armée congolaise a affirmé avoir récupéré toutes les villes et les endroits se trouvant dans l’est du pays qui ont été attaqués par les anciens rebelles du Mouvement depuis mars dernier. Selon la presse écrite des deux Congo, l’armée a pu reprendre Runyonyi et Chanzu.

Des positions ont été récupérées par l’armée congolaise

Selon l’un des commandants du bataillon des Forces armées du Congo au niveau de Bunagana, Honoré Rindugu, l’armée a pu récupérer toute la zone en délogeant l’ennemi et ils ont pu passer la nuit au niveau de Chanzu. Au niveau de ce dernier, l’armée a pu placer ses militaires à nouveau. Le colonel a affirmé que l’armée a ensuite pris la direction de la colline de Runyonyi afin d’y placer d’autres membres du militaire.

L’administrateur du territoire de Rutshuru, le colonel Luc-Albert Bakole Nyengeke a affirmé que depuis hier soir, l’armée congolaise a réussi à récupérer toutes les collines dont Chanzu et Runyonyi. Il a aussi affirmé que l’armée a dû perdre un militaire dans le combat contre les membres des rebelles.

Jackson Gachuki, le chef du groupement municipal attaqué, a aussi affirmé que l’armée a pu récupérer déjà plus de 5 villages et aujourd’hui une grande partie des habitants ont déjà pu retourner à Bunagana et Chanzu centre, ainsi que leurs environs. Le 8 novembre dernier, l’armée du Congo a annoncé qu’elle accuse plusieurs anciens rebelles du Mouvement de mars M23 d’avoir attaqué ses positions se trouvant à la frontière avec l’Ouganda, au Nord-Kivu et Rutshuru. Dans un communiqué, la direction du mouvement à riposter à cette accusation en démentant être à l’origine de ces attaques qui ont eu lieu au niveau de la région se trouvant dans la capitale provinciale, à 80 Km de Goma, dans la région de Bunagana.

Les situations se sont calmées

L’un des responsables du Commissariat de l’ONU pour les réfugiés a affirmé mardi dernier que plus de 11 000 personnes ont dû fuir les violences qui ont eu lieu en Ouganda.
D’après les réfugiés, les 8 000 personnes ont dû traverser la frontière afin d’atteindre Bunagana, alors que 3 000 personnes ont dû franchir le poste de Kibaya qui borde la frontière Ouganda.
Il est important de mentionner que ces deux villes se trouvent à seulement 500 km de Kampala, la capitale ougandaise. Découvrez la situation des réfugiés ougandais en cliquant ici.