Islam en Inde : un musulman est arrêté en vertu de la loi “Love Jihad”

Selon l’actualité partagée dans les médias nationaux, la police de la région de Uttar Pradesh, a arrêté un musulman indien accusé de tenter de convertir une femme hindoue à la religion musulmane. En effet, depuis la mise en place de cette nouvelle loi interdisant la conversion à lIslam en Inde, c’est le premier à être arrêté.

La loi anti-conversion 

Cette loi vise essentiellement à la anti “Love jihad”, un terme qui est utilisé par les différents groupes hindous radicaux afin d’accuser les musulmans qui essaient de convertir les femmes hindoues en se mariant. La mise en place d’une telle loi a suscité les critiques et l’indignation de plusieurs membres de l’opposition en qualifiant cette loi d’islamophobe.

Selon les responsables du gouvernement indien, au moins 4 États ont adopté des lois interdisant le “love Jihad”. 

La police de Uttar Pradesh et plus précisément au niveau du district de Bareilly, assure l’arrestation un musulman indien, mercredi dernier. Le père de la femme a affirmé que c’est lui qui a porté une plainte, car l’homme musulman faisait pression sur sa fille afin qu’elle se convertisse à l’islam afin de se marier.

Après son arrestation, l’homme est envoyé en détention judiciaire durant 14 jours. Il est important de mentionner que selon la nouvelle loi, tout homme tentant de convertir une femme hindoue à l’islam sera condamné à une peine d’emprisonnement pouvant atteindre jusqu’à 10 ans. L’infraction à cette loi n’est pas passible de caution. 

La création de cette loi 

Selon les informations partagées par les journaux, l’Uttar Pradesh est la première région d’Inde ayant adopté la loi anti-conversions religieuses frauduleuses ou forcées, et ce, depuis novembre 2019.

Quelques mois plus tard, quatre autres états ; Assam, Karnataka, Haryana, Pradesh et Madhya ont annoncé qu’ils adoptaient cette loi visant à lutter contre le love jihad.

Il est important de signaler que ces 5 états sont dirigés essentiellement par le parti hindou, le Bharatiya Janata Party. Ce dernier est alors accusé de normaliser les notions islamophobes.

En outre, les membres de l’opposition ont qualifié cette loi d’offensante et de régressive, en assurant qu’ils craignent que ces lois ne conduisent à du harcèlement et à des abus touchant la communauté musulmane en Inde, durant leurs prières quotidiennes selon les horaires de prière en Inde.

Par ailleurs, les opposants assurent que le terme que les hindous radicaux utilisent “love Jihad” n’est absolument pas un terme officiellement reconnu par la loi indienne.