Inde : la fermeture de 700 écoles musulmanes se trouvant dans l’état de l’Assam

Dirigé par le parti hindou, Bharatiya Janata Party, l’Etat de l’Assam a annoncé la fermeture de toutes les madrassas ou écoles islamiques, d’ici le mois d’avril prochain. Selon les hauts responsables, ces écoles seraient inutiles et ne seraient pas laïques. Selon l’opposition, une telle décision constitue un coup de plus envers les minorités musulmanes en Inde. 

La fermeture des écoles islamiques dans l’état de l’Assam

Selon les dernières actualités partagées par les journaux nationaux, l’État de l’Assam a pris la décision de fermer toutes les écoles islamiques en assurant que ces madrassas ne sont pas laïques d’une part et elles sont inutiles, d’autre part. Alors que l’État de l’Assam est dirigé par le parti BJP hindou, l’opposition assure que ce type d’annonce ne peut qu’apporter un coup asséné de plus sur les fidèles de lislam en Inde.

Il est important de mentionner que l’Etat de l’Assam compte près de 30 millions d’habitants dont plus de 34 % appartiennent à la communauté musulmane. Suite à la décision des dirigeants de l’État, il sera bientôt impossible aux fidèles musulmans de poursuivre leur étude dans les 700 écoles islamiques publiques qui s’y trouvent.

Cet État qui est dirigé par le parti nationaliste hindou, assure que ses écoles islamiques seront transformées en écoles non-confessionnelles qui ouvriront leurs portes le 1er avril prochain.

Les dirigeants de l’État assurent qu’ensuite, ils s’attaqueront aux écoles islamiques privées. En effet, chaque madrassa doit démontrer qu’elle ne dispense pas un enseignement trop religieux.

Des écoles non laïques

Selon le ministre de l’Éducation de l’Assam, Biswa Sarma, les écoles islamiques ne préparent pas les élèves aux différentes préoccupations terrestres, en affirmant, que l’Etat a plus besoin d’avoir des policiers et des médecins issus de la communauté musulmane que des imams qui dirigent les prières durant les horaires de prière en Inde. Le ministre n’a pas hésité de mettre en avant le caractère non laïque des écoles islamiques publiques. 

Suite à cette décision, le principal parti de l’opposition “All India United Democratic Front” de l’Assam a dénoncé cette décision politicienne, en assurant que le gouvernement finançait aussi des universités qui dispensent des enseignements hindous.

Il est important de mentionner que cette loi fait suite aux mesures prises par les autres États indiens qui sont aussi dirigés par le parti hindou, contre le love Jihad. Selon l’opposition, cette décision ne peut qu’entretenir un climat islamophobe en Inde.