FMI : l’institution financière reprend les discussions sur les réformes économiques au Congo

Selon le journal de l’Afrique, le 24 septembre dernier, les autorités congolaises viennent de conclure une consultation avec le Conseil d’administration du FMI. Les deux parties ont affirmé qu’il est important de mettre en place un nouvel accord financier.

FMI reprend les discussions avec le gouvernement

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international a affirmé à l’issue des négociations avec le gouvernement congolais qu’il est important que le pays favorise le renforcement de la transparence et la gouvernance pour permettre au Congo d’avoir son financement, ainsi que celui des autres partenaires au développement. L’institution financière a assuré que les administrateurs se félicitent de l’intention du gouvernement congolais dans son souhait d’engager des discussions avec eux sur un éventuel accord afin de faciliter l’élargissement du crédit.

Selon les dernières actualités partagées par les médias nationaux, d’après les estimations effectuées par l’institution financière, le gouvernement congolais pourrait renouer avec la croissance dès l’année prochaine, suite aux plusieurs mois de contraction due d’une part à la baisse des prix du pétrole et d’autre part à la propagation de la pandémie du Coronavirus.
Toutefois, une considérable incertitude entoure la reprise de la croissance économique du pays, que les professionnels du Fonds monétaire international attribuent directement aux problèmes structurels, aux phénomènes climatiques ainsi qu’à la fragilité du domaine du pétrole.

L’importance des réformes apportées par le gouvernement congolais

Durant ces discussions, les partenaires du Congo n’ont pas hésité d’aborder l’importance de la progression des réformes structurelles afin d’appuyer l’adaptation aux changements climatiques et la diversification économique dans le pays.
Dans ce cadre, les autorités congolaises ont été invitées à la poursuite de ses efforts d’assainissement de l’environnement des sociétés, à encourager la compétitivité, ainsi qu’à faciliter les investissements dans le secteur privé.
Par ailleurs, les administrateurs du Fonds monétaire international ont tenu à saluer les progrès apportés dans l’adoption de nouvelles lois anti-corruption, tout encourageant l’accent mis sur la mise en place de l’architecture anti-corruption dans la société congolaise.
Ces lois sont soutenues par la mise en place de plusieurs mesures qui visent à apporter une amélioration dans le secteur de la gestion des finances publiques. Dans ce cadre, l’un des responsables du Centre régional d’assistance technique du Fonds monétaire international chargé des affaires des deux Congo, a affirmé qu’il est conseillé d’apporter un remodelage de l’organigramme du ministère des Finances pour pouvoir l’adapter aux standards.