Développement industriel congolais : le pays souhaite revisiter le cadre du secteur privé

D’après le journal de l’Afrique, le 25 juin dernier, les différents membres de l’Union des opérateurs économiques congolais ont défendu durant leur rencontre dans la capitale congolaise avec Antoine Nicephore Fylla de Saint-Eudes, le ministre de la Promotion du secteur privé et du Développement industriel, la possibilité de réétudier la politique nationale qui concerne l’investissement sur les projets du secteur privé et les structures d’appui.

La rencontre entre l’Union des opérateurs économiques du Congo et le ministre de la Promotion du secteur privé

Durant cet échange, dont l’objectif était de connaître les avis des membres de l’Union des opérateurs économiques Congolais, pour pouvoir faciliter la mise en place de la feuille de route permettant d’apporter l’appui qu’il faut aux capacités du secteur privé national. En effet, durant cette rencontre, Antoine Nicephore Fylla de Saint-Etudes le ministre de la promotion du secteur privé Antoine Nicephore Fylla de Saint-Etudes a invité ses interlocuteurs à présenter leurs préoccupations.
Le ministre de la promotion du secteur privé et du Développement industriel a appelé les membres de l’Union des opérateurs économiques Congolais de fixer les différentes composantes du secteur privé national afin de lui permettre d’occuper l’une des plus importantes places dans la stratégie de diversification économique, contribuant ainsi dans la croissance du Congo. C’est pour cette raison que le ministre souhaite que ses interlocuteurs définissent par l’intermédiaire de leurs synthèses et préoccupations, une feuille de route.

En outre, El Hadj Djibril Bopaka le président de l’Union des opérateurs économiques du Congo, a assuré que le cadre du domaine privé au Congo est presque bloqué. Pour ce faire, il propose de tout mettre en place pour connaître qui fait partie du secteur privé, en consultant le code d’investissement du pays puisque le secteur privé a été beaucoup dévalorisé. Une fois, ce cadre sera revisité, le président assure qu’il permettra d’assurer la sécurité judiciaire et juridique des sociétés.

D’après le haut responsable de l’Union, il est aussi impérieux d’apporter de l’amélioration au climat des affaires tout en veillant à diminuer les taxes ainsi que les autres exigences qui ont pu paralyser les sociétés. Il est aussi important de noter que le point législatif relatif à l’environnement et la création d’entreprise dans les deux Congo, a été également abordé durant l’échange.