Congo et environnement : le gouvernement vise à éliminer l’usage de la peinture au plomb

D’après les médias des deux Congo, utiliser de la peinture au plomb forme l’un des véritables problèmes de santé publique, puisque le métal est très toxique et potentiellement cancérigène. Il est important de mentionner que ce mélange est présent dans les entreprises, les bâtiments publics et les maisons.

L’effet de la peinture au plomb

Certes, jusqu’à présent, aucune étude n’est disponible afin de mesurer l’ampleur des risques en liaison avec l’utilisation de la peinture effectuée à base du plomb dans le pays, toutefois les différents experts du secteur sont tous d’accord sur le fait que la peinture à l’huile ou à eau au plomb, est toujours utilisé et commercialisé au Congo, malgré les alertes données par les ONG comme l’Alliance mondiale et les Nations unies pour l’élimination de ce produit toxique.
Grâce au soutien de plusieurs partenaires, l’association AED, ou Action sur l’environnement et le développement, s’est engagée au profit de l’élimination de la peinture au plomb dans le pays. En effet, le 29 octobre dernier, l’AED a lancé dans la capitale congolaise une campagne de sensibilisation sur la prévention de l’utilisation de ce produit très nocif et toxique pour la santé humaine. Cette campagne a pour objectif de prévenir les commerçants, les importateurs, les organisations des consommateurs et les pouvoirs publics au sujet de la toxicité de la peinture au plomb.

Réglementer l’usage de ce produit toxique

D’après le docteur Eugène Loubaki, le dirigeant de l’association AED, cette campagne a pour objectif de permettre aux différentes parties prenantes de comprendre les différents risques environnementaux et sanitaires, tout en donnant un aperçu sur les lois proposées par l’alliance. Par ailleurs, il affirme qu’il est important d’adopter rapidement un projet afin de réglementer les différentes conditions d’importation de commercialisation et de production. Ce projet est appelé “Décret réglementant la commercialisation et la gestion de la peinture au plomb et des matériaux de revêtement identique au Congo”.
Le docteur Eugène Loubaki a estimé qu’il est essentiel de faire un diagnostic, un éventaire de la situation avant de pouvoir mettre en place les bonnes pratiques, surtout que les peintures ne peuvent pas être enlevées dans les maisons, toutefois, il faut que les peintures contenant du plomb ne doivent plus être vendues dans les différents commerces et qu’elles ne soient plus utilisées dans les décorations et dans les murs des maisons. Afin d’en savoir encore plus sur le sujet, vous pouvez cliquer ici.